l'enfance aux enfants

Les programmes visant à combattre le travail des enfants

Des millions d’enfants travaillent dans le monde et aident ainsi leurs familles à survivre. Le travail des enfants est un problème lié à la pauvreté. Comme ses causes sont multiples, il est compliqué de le combattre. L’UNICEF mise sur les programmes de formation, l’information et la sensibilisation ainsi que sur la consolidation des familles et des communautés villageoises.

unicef-kinderarbeit-uni44028.jpg

Fillette donnant forme à des briques dans une fabrique près de Lahore au Pakistan. Derrière elle, des milliers de briques sèchent.
La situation

Selon les estimations de l’UNICEF, 120 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans seraient contraints de travailler; l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud sont particulièrement concernées. Au lieu d’aller à l’école, ces enfants triment chaque jour durant des heures – souvent dans des conditions dangereuses, dans des mines, sur des décharges, dans la confection de tapis noués, dans les fabriques, sur des machines, dans l’agriculture où ils manipulent des produits chimiques et des pesticides. Des millions de filles travaillent aussi comme domestique sans la moindre rémunération et sont particulièrement exposées à l’exploitation et aux abus.

Faire la distinction entre un travail sensé et l’exploitation
Le travail des enfants n’a rien à avoir avec «donner un coup de main». Quand l’instruction scolaire, le développement et les loisirs ne sont pas affectés, le fait d’aider et de prendre des responsabilités peut avoir un effet positif sur le développement physique et mental d’un enfant. L’UNICEF fait donc la distinction entre des activités raisonnables et l’exploitation. Par exploitation, on entend: un travail à plein temps quand l’enfant est trop jeune; un nombre d’heures de travail trop élevé par jour; des activités nocives pour la santé; travailler et vivre dans la rue dans de mauvaises conditions; une rémunération absente ou insuffisante; une responsabilité trop lourde non adaptée à l’âge; des activités qui empêchent l’accès à la formation; les pratiques qui portent atteinte à la dignité de l’enfant et à son estime de soi comme par exemple l’esclavage, la servitude pour dettes ou l’exploitation sexuelle.

L’aide de l’UNICEF

Quand il en va de la survie, les enfants doivent souvent contribuer au revenu de leurs familles. La voie qui conduit à l’abandon du travail des enfants est complexe; c’est pourquoi les programmes de l’UNICEF concernent différents niveaux:

  • Instruction: l’UNICEF attribue une extrême importance à l’instruction et soutient les écoles en fournissant du matériel scolaire et en participant à la formation continue du personnel enseignant.
  • Lutte contre la pauvreté: l’UNICEF consolide la situation des familles sur place, par exemple en octroyant des bourses scolaires ou en offrant des repas aux élèves.
  • Information: l’UNICEF sensibilise à la problématique du travail des enfants et aux effets négatifs à long terme d’une formation insuffisante.
  • Cadre juridique: l’UNICEF encourage les réformes de la législation sur le travail et soutient les efforts en faveur d’une politique de la santé et de la formation dans le but premier d’abolir les pires formes du travail des enfants; l’organisation conseille les entreprises concernant les règles de comportement et d’achat à respecter sous l’angle du travail des enfants.
Fact Sheet: Le travail des enfants (2016)
Téléchargement
Brochure: Enfants en situation de servitude (2011)
Téléchargement
Vous pouvez aider vous aussi!

En faisant un don, vous contribuez à la prise en charge des enfants souvent gravement traumatisés et vous aidez à prendre les mesures nécessaires pour freiner la traite d’enfants. Merci de tout cœur.

Aidez vous aussi

Oui, je souhaite aider l’UNICEF en faisant un don pour "Les programmes visant à combattre le travail des enfants"
Merci beaucoup pour votre décision de faire un don pour le travail de l'UNICEF.
CHF
Les donations régulières nous permettent d'utiliser efficacement votre argent.

Faites circuler cette page dans vos réseaux. Merci.

Communiquez avec nous:

Inscrivez-vous à notre newsletter: