l'enfance aux enfants

Mêmes chances de développement pour tous les enfants boliviens en bas âge

Les droits des enfants boliviens d’ethnie indigène qui vivent dans des régions isolées sont particulièrement menacés. L’état de santé de milliers de garçons et de filles est fragile et leur développement freiné. L’UNICEF observe avec inquiétude que dans la région andine, la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique – un problème qui reste souvent caché et comporte des effets à vie.

pp-bolivien-uni137635.jpg

Déjà aux plus petites, on respecte sur une alimentation équilibrée
La situation

60 pour cent des onze millions d’habitants que compte la Bolivie appartiennent à l’une des 37 ethnies qui ont chacune une langue propre et des traditions spécifiques. Même si leurs droits sont aujourd’hui ancrés dans la Constitution, il est fréquent qu’on les oublie. Ces dernières années, l’UNICEF s’est mobilisée pour que les enfants des peuples indigènes suivent l’enseignement en espagnol, la langue officielle, ainsi que dans leur langue maternelle; en outre, leurs coutumes devraient aussi trouver leur place dans la matière enseignée.

Malgré tout, les différences ville-campagne restent très marquées dans ce pays qui est l’un des plus pauvres d’Amérique latine. Les groupes les plus défavorisés sont les filles issues des régions rurales et d’ethnies indigènes. En moyenne, elles fréquentent l’école deux ans et demi alors que les garçons y vont pendant 14 ans.

Les mesures dans le domaine de l’éducation ne peuvent avoir d’effet sur les garçons et les filles que si leur corps et leur esprit ont pu se développer favorablement, qu’ils ont été encouragés dès le plus jeune âge et ont reçu les nutriments nécessaires. Car les carences et la malnutrition chronique peuvent entraîner de graves retards dans le développement physique et mental.

En Bolivie, 18 pour cent des enfants en bas âge souffrent de malnutrition chronique. Ils grandissent pour la plupart dans des régions rurales isolées et sont issus en majeure partie de familles indigènes. Ces enfants sont au cœur des efforts actuels de l’UNICEF.

L’aide de l’UNICEF

Le gouvernement bolivien a reconnu la fragilité de l’état de santé de nombreux de ses enfants et a réagi: avec le soutien de l’UNICEF, des programmes de prévention sont réalisés à l’échelon communal, surtout dans la région de Cochabamba et de Potosi, afin de sensibiliser les mères à la thématique et de modifier leur comportement. Car la malnutrition ne doit pas se transmettre de génération en génération. Les femmes sont informées de l’importance de l’allaitement maternel et encouragées à se procurer, dans les centres de santé publics, les préparations contenant des vitamines essentielles et des sels minéraux qui sont à leur disposition. Les auxiliaires de santé sont formés et sensibilisés dans ce sens et le système de surveillance et de relevé des données est affiné en permanence. L’UNICEF recense aussi les enfants qui doivent être traités grâce à une nourriture thérapeutique.

Les prestations fournies par les centres de santé publics ainsi que les campagnes concernant les vaccins, l’allaitement maternel ou une nourriture équilibrée sont de plus en plus décentralisés, une démarche que soutient l’UNICEF; les services sont proposés à l’échelon des communes, si bien qu’ils touchent de plus en plus de personnes, même dans les régions isolées.

Formulaire pour soutenir un parrainage de projet (LSV, DD)
Téléchargement
Vous pouvez aider, vous aussi!

En acceptant de soutenir un parrainage de projet, vous aidez les communes à construire par leurs propres moyens leur avenir et celui de leurs enfants. Merci de tout cœur.

Aidez vous aussi

Oui, je souhaite aider l’UNICEF en faisant un don pour "Mêmes chances de développement pour tous les enfants boliviens en bas âge"Devenez parrain
Merci beaucoup pour votre décision de faire un don pour le travail de l'UNICEF.
CHF

Faites circuler cette page dans vos réseaux. Merci.

Communiquez avec nous:

Inscrivez-vous à notre newsletter: