© UNICEF/UNI328121/Haro

Tragédie dans la région du Sahel central

Montant de donation:

Tragédie dans la région du Sahel central

Les conflits armés, les catastrophes naturelles dues au changement climatique et maintenant la pandémie de COVI-19 mettent à rude épreuve les pays de la région du Sahel central. En 2020, selon les prévisions, plus de 5,3 millions de filles et de garçons vivant au Burkina Faso, au Mali et au Niger auront besoin d’une aide humanitaire. 

millions d’enfants

2,4
ont besoin, au Mali, d’une aide humanitaire

enfants

482 000
sont enregistrés au Burkina Faso comme déplacés internes

enfants

400 000
souffrent au Niger de malnutrition aiguë sévère

La région du Sahel central qui inclut trois pays, le Burkina Faso, le Mali et le Niger, est confrontée à une grave crise humanitaire. Des conflits armés ont lieu dans cette région depuis des années et ils ont contraint des millions de personnes à fuir loin de leurs villages. Plus de 900 000 enfants sont concernés.

© UNICEF/UN0274349/Ayene

«L’ampleur de la violence qui frappe les enfants dans la région du Sahel central est effroyable. Ils se font tuer, mutiler, abuser sexuellement et des milliers d’entre eux ont vécu des expériences traumatisantes.» 

Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

En plus de la violence, la population est touchée de manière répétée par des catastrophes naturelles dévastatrices à la suite du réchauffement climatique. La faim et la malnutrition sont des conséquences indissociables de catastrophes comme les inondations, les sécheresses ou les invasions de sauterelles. Plus de 721 000 enfants de moins de 5 ans courent le risque d’être affectés par une malnutrition aiguë sévère et pourraient mourir de faim.

En même temps, la région du Sahel central est l’une des régions d’Afrique les plus touchées par le Covid-19. Le coronavirus aggrave la situation de beaucoup d’enfants déjà précaire. Dans les trois pays, les écoles ont été fermées afin de freiner la propagation du virus. Avant la pandémie, près de 8 millions de filles et de garçons de 6 à 14 ans n’étaient pas scolarisés. Leur nombre a augmenté et s’élève à 12 millions aujourd’hui. En raison des fermetures d’écoles, ces enfants sont exposés à des risques accrus: recrutement par des groupes armés, exploitation sexuelle, travail des enfants et autres formes d’abus. 

La pandémie a encore d’autres effets: les campagnes de vaccination de grande ampleur contre des maladies comme la rougeole, la polio ou la diphtérie par exemple ont été suspendues par de nombreux gouvernements pour des raisons de sécurité. Des millions d’enfants dans le monde risquent maintenant d’attraper ces maladies. Ceci pourrait entraîner dans un proche avenir des épidémies meurtrières. 

Votre soutien permet à l’UNICEF de contribuer activement à freiner la propagation du coronavirus dans la région du Sahel central et à atténuer ses conséquences sociales et économiques.

  • Nous fournissons des biens tels que savons, matériel médical et tenues de protection.
  • Nous expliquons aux enfants et à leurs familles à quel point des règles d’hygiène simples comme le lavage des mains sont importantes pour se protéger.
  • Nous formons des jeunes, avec le soutien d’experts de la santé, de manière à ce qu’ils puissent répondre à des questions sur le Covid-19 que leur envoient d’autres jeunes par SMS.
  • Nous délivrons des radios qui fonctionnent à l’énergie solaire afin que les enfants puissent continuer de suivre un enseignement au moyen d’un programme radiodiffusé durant la période où les écoles sont fermées.
  • Nous nous mobilisons sans relâche pour permettre à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès à de l’eau propre.
  • Nous nous employons aussi à mettre en place des services fiables permettant de signaler les cas d’abus d’enfants ou de négligence.