Nepal

Une vraie chance pour tous les enfants du Népal

Une vraie chance pour tous les enfants du Népal

Au Népal, la vie d’innombrables enfants est marquée par la grande pauvreté. Beaucoup souffrent de ne pas avoir les soins indispensables et sont envoyés très tôt au travail ou mariés bien avant d’avoir atteint l’âge adulte. L’UNICEF s’emploie activement, avec le concours du gouvernement, à offrir à chaque enfant une vraie chance de pouvoir mener une vie indépendante.

La situation

Des montagnes à vous couper le souffle, des itinéraires de randonnée fabuleux et une culture fascinante – c’est à des images de ce genre que nous avons tendance à associer le Népal, cet ancien royaume de l’Himalaya. On sait moins en revanche que le Népal fait partie des pays les plus pauvres d’Asie. Un habitant sur quatre vit au-dessous du seuil de pauvreté et les catastrophes naturelles comme les séismes dévastateurs de 2015 anéantissent régulièrement les progrès accomplis.

Beaucoup d’enfants rencontrent des conditions difficiles dès le départ. Chaque année, plus de 10 000 bébés décèdent au Népal parce qu’ils sont nés trop tôt, avec un poids trop faible et parce qu’il y a trop peu d’hôpitaux bien équipés, dotés de personnel qualifié. La malnutrition et les maladies causées par l’eau insalubre sont très répandues.

Nepal 2015
Le contact peau contre peau réchauffe, le lait maternel fortifie: la méthode kangourou aide les préma turés et les bébés trop légers à s’en sortir.

© UNICEF/UNI187349/Shrestha

Un enfant sur trois doit contribuer au revenu de sa famille, bien que le travail des enfants soit interdit au Népal. C’est la pauvreté aussi qui est l’une des principales causes des mariages précoces, une pratique très répandue, non autorisée par la loi ; les parents croient ainsi que le sort de leurs filles et de leurs fils sera meilleur.

Le travail ainsi que les mariages précoces empêchent les enfants d’aller à l’école et d’avoir une chance d’échapper un jour à la pauvreté. 770 000 filles et garçons népalais âgés de 5 à 12 ans ne fréquentent aucune école et seule la moitié des élèves du primaire atteint un niveau satisfaisant en népalais et en mathématique.

L’aide de l’UNICEF

L’UNICEF aide le gouvernement népalais à réduire la pauvreté et se mobilise activement par le biais de différentes mesures pour la protection, l’instruction scolaire et la santé des enfants.

  • Pour améliorer les chances de survie des prématurés, l’UNICEF soutient la «méthode kangourou». Les parents portent leurs bébés serrés contre eux dans une grande écharpe, afin de les réchauffer; ces derniers prennent du poids et des forces en étant nourris exclusivement au lait maternel. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance soutient en outre l’aménagement de services spécialisés pour les nouveau-nés dans les hôpitaux et les centres de santé.
  • L’UNICEF observe l’application de l’interdiction du travail des enfants, sensibilise les entreprises à cet aspect et apporte son soutien aux autorités locales pour favoriser la réinsertion des enfants travailleurs dans leurs familles.
  • En organisant des séances d’information pour les enfants, les jeunes et les parents, l’UNICEF lutte contre les mariages précoces et attire l’attention sur le fait qu’ils sont interdits et doivent être signalés à la police.
  • L’UNICEF s’investit en faveur de l’école obligatoire pour tous et s’emploie à susciter, dans la population, une prise de conscience de l’importance de l’instruction scolaire, en particulier pour les filles.

En faisant un don, vous nous aidez à offrir une vraie chance à tous les enfants du Népal. Merci de tout cœur!

CHF