l'enfance aux enfants

La lutte contre l’excision

A l’échelle de la planète, on estime à 200 millions le nombre des filles et des femmes excisées. Dans la plupart des pays, cette pratique dangereuse et néfaste est aujourd’hui interdite mais les normes sociales et les traditions restent profondément ancrées. Depuis quelques années, un changement de mentalité et de comportement est en cours et il convient de l’encourager et de le développer.

unicef-fgm-uni73767.jpg

Fatma, 5, Sudan
La situation

Excision signifie que l’on entaille, gratte ou coupe le capuchon clitoridien ou que l’on procède à l’ablation entière ou partielle des grandes et des petites lèvres – au moyen de couteaux, de lames de rasoir, de tessons et d’autres objets tranchants souvent sales, sans anesthésie. Il n’est pas rare que les petites filles meurent d’une hémorragie ou d’une infection. D’autres souffriront leur vie durant des effets de la mutilation génitale, par exemple de douleurs intolérables lors des rapports sexuels et durant la menstruation, de problèmes de stérilité ou de complications à l’accouchement, sans parler des blessures psychiques et morales.

La grande majorité des filles et des femmes concernées vivent en Afrique de l’Ouest et du Nord-Est. Dans certaines régions, l’excision touche plus de 90 pour cent de la population féminine. Mais cette pratique est aussi répandue au Moyen-Orient et en raison des flux migratoires, elle a été véhiculée dans presque toutes les parties du monde, y compris en Suisse.

La mutilation génitale féminine constitue une violation des droits humains et elle est aujourd’hui interdite dans la plupart des pays. Mais les normes sociales et les traditions séculaires sont souvent plus fortes que la peur d’une condamnation. Depuis quelques années, un changement de mentalité et de comportement est en cours; il se reflète dans le recul des mutilations génitales féminines.

L’aide de l’UNICEF

L’UNICEF se mobilise actuellement dans plus de vingt pays en vue de l’abandon des mutilations génitales féminines. L’objectif le plus important est de changer la perception: des enquêtes montrent que de nombreuses mères rejettent la mutilation génitale féminine mais font néanmoins exciser leurs filles afin de ne pas compromettre le statut social de la famille. Mais plus le nombre de filles épargnées par l’excision est élevé, plus les familles sont nombreuses à renoncer elles aussi à l’excision.

L’UNICEF apporte son appui aux gouvernements lors de l’élaboration de projets de lois et planifie des mesures coordonnées pour que les communautés puissent se prononcer publiquement contre l’excision. Les parents, le personnel enseignant, les professionnels de la santé ainsi que les chefs de villages et les leaders religieux sont informés, sensibilisés et associés de manière ciblée.

 

» Fact Sheet: Mutilation génitale féminine (2016)
» Fact Sheet: Mutilation génitale féminine en Suisse (2016)

» Brochure de l’UNICEF: «Female genital mutilation/cutting: A global concern» (2016)

Vous pouvez aider vous aussi!

En faisant un don, vous aidez à protéger les petites filles contre l’excision, une pratique dangereuse, extrêmement douloureuse. Nous vous remercions de tout cœur de votre soutien.

Souhaitez-vous soutenir l’engagement de l’UNICEF en vue de l’abandon de l’excision par le biais d’un parrainage de projet? Vous trouverez d’autres informations ici.

Aidez vous aussi

Oui, je souhaite aider l’UNICEF en faisant un don pour "La lutte contre l’excision"
Merci beaucoup pour votre décision de faire un don pour le travail de l'UNICEF.
CHF
Communiquez avec nous:

Inscrivez-vous à notre newsletter: