Trois ans de guerre civile au Yémen

L’une des plus grandes crises humanitaires que le monde ait connues se joue au Yémen. Le directeur régional de l’UNICEF, Geert Cappelaere, dresse un tableau très sombre après une visite dans ce pays: la violence, la faim et les maladies menacent des millions d’enfants; la pauvreté et le manque d’instruction scolaire les privent d’avenir.

Yemen

Geert Cappelaere, directeur régional de l’UNICEF pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, est revenu la semaine dernière bouleversé de sa visite au Yémen. «Cette guerre civile est considérée à juste titre comme l’une des crises humanitaires les pires que le monde ait connues», déclarait-il vendredi face aux médias. «Il n’est pas exagéré de dire qu’aujourd’hui, presque chaque enfant yéménite a besoin d’aide. Les trois années de guerre et les décennies de sous-développement ont eu de l’effet – et malheureusement, il n’est que mauvais.»

Rien qu’en 2017, les hostilités ont tué ou blessé grièvement cinq enfants par jour au moins. Des centaines d’autres sont morts du choléra ou de la diphtérie. Le nombre des enfants qui souffrent de malnutrition aiguë sévère et dont la vie est en danger a augmenté entre-temps pour dépasser 400 000. Cappelaere a souligné en outre que sans des mesures efficaces, le choléra que le pays avait réussi à maîtriser plus ou moins après des mois de lutte risquait de regagner du terrain avec l’arrivée de la prochaine saison des pluies.

La pauvreté croissante est visible partout, a déclaré Cappelaere, qui a lui-même travaillé au Yémen il y a quelques années. Les enfants, même tout petits, mendient et travaillent; la moitié des filles sont déjà mariées avant 15 ans. «Ne nous faisons pas d’illusions: envoyer ses enfants mendier ou travailler, marier ses filles beaucoup trop jeunes, ce ne sont pas des décisions qu’une mère ou un père souhaite prendre. Ils n’ont pas le choix. Ils y sont forcés par cette guerre impitoyable.»

Près de deux millions d’enfants yéménites ne vont pas à l’école. Dans 2500 écoles au moins, l’enseignement n’est plus dispensé: les bâtiments ont été détruits, ils sont utilisés à des fins militaires ou servent d’abri aux personnes déplacées. La grande majorité du personnel enseignant n’a plus reçu de salaire depuis plus d’un an. «Quel avenir ces deux millions d’enfants pourront-ils bien avoir s’il ne leur est pas possible d’aller à l’école?»

Cappelaere a critiqué en outre le fait que le travail des organisations humanitaires était rendu volontairement très difficile. «Nous perdons du temps, de l’énergie et de l’argent dans des discussions qui n’ont aucune raison d’être. L’accès à l’aide humanitaire – c’est l’appel le plus important adressé à toutes les parties – ne peut pas être soumis à des conditions.»


Autres nouvelles