75 Jahre UNICEF

L’UNICEF a 75 ans:

où en sommes-nous aujourd’hui – où voulons-nous aller?

La santé et le bien-être des enfants du monde entier se sont considérablement améliorés depuis 1946 – en partie aussi grâce au travail de l’UNICEF. Ce progrès n’aurait pas été possible sans le soutien de nos partenaires, nos donateurs et nos collaborateurs dans le monde entier, ni sans l’engagement des enfants et des jeunes eux-mêmes. Mais nous demeurons confrontés à des défis majeurs.

75 ans après la création de l’UNICEF, un nombre sans précédent d’enfants dépend aujourd’hui de l’aide humanitaire. La multiplication des conflits armés et des catastrophes naturelles ainsi que la pandémie de Covid-19 aggravent considérablement le sort très difficile de millions d’enfants dans le monde. Cela a conduit à une crise des droits de l’enfant qui menace la santé et le bien-être des filles et des garçons. Mais l’UNICEF a déjà aidé les enfants de ce monde à se relever après la Seconde Guerre mondiale. Nous avons déjà réussi à surmonter une épreuve mondiale majeure. Nous pouvons de nouveau y parvenir! 

Les défis à partir de 2021

Crises humanitaires et catastrophes naturelles

  • De plus en plus d’enfants dans le monde souffrent de malnutrition. Rien que dans la région du Sahel, 2,4 millions de personnes souffrent de faim extrême.
  • Le printemps 2021 marquera les dix ans de la guerre en Syrie et les six ans du conflit au Yémen. 17 millions d’enfants dépendent de l’aide humanitaire.
  • Dans la région éthiopienne du Tigré, 2,8 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire.
  • Au Mozambique, dans la province de Cabo Delgado, quelque 191 000 enfants ont été déplacés, certains ont été recrutés comme enfants soldats, kidnappés ou même assassinés. Ils ont un besoin urgent d’aide.
  • Plus de 2,5 millions d’enfants sont obligés de fuir au Moyen-Orient.
  • Les crises en Afghanistan, au Burkina Faso, au Soudan du Sud, en Ukraine, au Bangladesh, en Libye, au Venezuela et en République démocratique du Congo se sont aggravées avec la pandémie de Covid-19. Ces crises menacent d’être oubliées de l’opinion publique.
  • Le nombre de catastrophes liées au climat a triplé au cours des 30 dernières années. Cette tendance négative va continuer de s’aggraver.

Taux de mortalité infantile élevés

Malgré la baisse de la mortalité infantile dans le monde, il existe encore des différences nettes entre les régions et les pays. Un enfant né en Afrique a une probabilité dix fois plus élevée de mourir au cours du premier mois qu’un enfant né dans un pays à hauts revenus. 

Crise de l’éducation

Un enfant sur cinq en âge d’aller à l’école se voit toujours refuser l’accès à l’instruction. Plus de la moitié des écoliers (58%) ne savent ni lire ni écrire correctement à la fin de l’école primaire. 1,6 milliard d’enfants dans 190 pays sont ou ont été concernés par les fermetures d’écoles en raison de la pandémie de Covid-19. Environ 463 millions d’enfants ont été exclus de l’enseignement à distance en ligne. On estime à 23,8 millions d’enfants risquant d’abandonner l’école en raison de la pandémie. D’ici 2030, près de 420 millions d’enfants ne seront pas scolarisés. 1,4 milliard d’enfants d’âge scolaire (30%) ne pourront pas acquérir les connaissances de base nécessaires. Sur ce nombre, 825 millions – un peu plus de la moitié – fréquentent l’enseignement secondaire.

Diminution des vaccinations

Le monde est plus proche que jamais de l’éradication de la poliomyélite et les décès dus à la rougeole – l’une des principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans – ont chuté de 73% dans le monde entre 2000 et 2018, sauvant quelque 23,2 millions de vies d’enfants. Cependant, l’épidémie de Covid-19 menace d’inverser ces progrès en restreignant sévèrement l’accès aux vaccins vitaux.

Augmentation des mariages d’enfants

La Covid-19 va sérieusement compromettre les efforts visant à mettre fin au mariage des enfants, ce qui pourrait entraîner 13 millions de mariages d’enfants supplémentaires entre 2020 et 2030 qui auraient autrement pu être évités. L’association dangereuse du confinement et du manque de cours réguliers à l’école ainsi que la montée du chômage des parents pousseront de nombreux enfants – mais surtout des filles – à se marier précocement. Les parents désespérés espèrent en tirer une sécurité financière et sociale.

Perspectives

L’UNICEF se bat pour un monde dans lequel chaque enfant – peu importe sa couleur de peau, son origine ou son handicap – a une chance équitable. Nous mettons tout en œuvre pour offrir aux enfants de ce monde un avenir radieux. 

En 2021, l’UNICEF veut 

  • toucher 149 millions de femmes et de filles et 7,4 millions d’enfants handicapés grâce à des programmes inclusifs;
  • traiter 6,3 millions d’enfants atteints de malnutrition aiguë sévère;
  • vacciner 27,4 millions d’enfants contre la rougeole;
  • fournir de l’eau potable à 45 millions de personnes;
  • proposer un soutien psychosocial à 19,2 millions d’enfants;
  • protéger 17 millions d’enfants et de jeunes femmes de la violence de genre; 
  • donner à 93 millions d’enfants l’accès à des offres d’éducation formelle et informelle;
  • soutenir financièrement 9,6 millions de familles dans le besoin.

Une formation scolaire pour chaque enfant

Montant de donation: