La santé mentale chez les jeunes – Identifier les problèmes et offrir de l’aide en tant que parent

taco
Jana Breznik

La santé mentale est un facteur essentiel, aussi bien pour le bien-être physique que psychologique des enfants et des jeunes. Pourtant, il est tout à fait normal que les enfants des tranches d’âges les plus variées soient confronté·e·s à différentes peurs et inquiétudes. Cela devient problématique lorsque les soucis prennent le dessus sur le quotidien, empêchant la personne concernée de supporter seule la pression psychologique. Il est d’autant plus important d’identifier rapidement les problèmes psychologiques, de comprendre les causes et d’offrir de l’aide au sein de la famille, mais aussi sous forme professionnelle.

UN0668145
© UNICEF/UN0668145/

Pendant l’ensemble de l’enfance et de l’adolescence, la parentalité attentive et aidante est l’un des principaux facteurs de protection pour le bien-être mental et la santé psychologique. Les relations positives avec les parents et les personnes de référence sont déterminantes pour le développement des enfants et des jeunes. Pourtant, il existe des périodes au cours desquelles des modifications apparaissent dans leur comportement, leur humeur ou leur joie de vivre. Certains de ces changements peuvent être liés aux phases de développement habituelles. Mais s’ils persistent plusieurs semaines et perturbent le quotidien de votre enfant, les causes doivent être analysées et une aide proposée.

Le stress permanent

À l’heure actuelle, le stress accompagne en permanence les adultes et les jeunes. Le stress s’exprime de plus en plus lorsque les enfants et les jeunes se sentent sous pression ou surmené·e·s. À petites doses, il peut stimuler et inciter à atteindre des objectifs, mais trop de stress, en particulier lorsqu’il semble incontrôlable, peut avoir un effet négatif sur l’humeur, et aussi sur le bien-être physique et mental.

Beaucoup d’enfants et de jeunes éprouvent du stress lorsqu’ils/elles sont confronté·e·s à des situations pesantes, difficiles ou inquiétantes. Des pensées négatives sur leurs résultats, leur apparence ou leur impact sur les autres déterminent alors leur quotidien. Ils/Elles absorbent tous les bouleversements dans leur environnement et ne peuvent pas tous les gérer de la même façon. Irritabilité, accès de colère, tristesse et isolement sont les signes évidents de stress auxquels sont confrontées les personnes concernées.

Pour aider au mieux votre enfant, il est particulièrement important d’identifier les déclencheurs et les causes du stress. Essayez de trouver avec votre enfant à quelles situations il/elle réagit par du stress et cherchez ensemble des solutions pour les désamorcer. Offrez beaucoup d’attention et d’amour, prenez le temps d’écouter et essayez d’encourager les pensées positives. Veillez à laisser à votre enfant suffisamment d’intimité et d’endroits tranquilles.
 

© UNICEF/UN0611517/Pancic
© UNICEF/UN0611517/Pancic

Quand la peur devient le problème

Il est tout à fait normal que les enfants et les jeunes s’inquiètent dans leur quotidien et appréhendent certaines situations. À différentes tranches d’âges, les enfants peuvent avoir peur de différentes choses. Les causes précises ne sont pas toujours compréhensibles. Mais beaucoup de ces peurs font partie intégrante de leur développement. Les peurs surviennent en particulier lors des interactions sociales, en faisant la connaissance de nouvelles personnes, en parlant devant des inconnus ou lors d’un examen. Mais la peur ne devient un problème que si les inquiétudes persistent et compliquent le quotidien. 

«Plus les enfants et les jeunes comprennent leurs émotions et peuvent les catégoriser, plus il est facile de contrôler les peurs qui surviennent.» 

Les sentiments de peur varient d’un enfant à l’autre et peuvent même causer des crises de panique. La peur provoque alors des symptômes physiques comme la dyspnée, la tachycardie, la transpiration excessive ou les tremblements. Des troubles du sommeil ou des sentiments d’impuissance peuvent aussi survenir. Les enfants et les jeunes qui souffrent d’anxiété sont souvent fatigué·e·s et ont du mal à se concentrer. La nervosité, la perte de contrôle et les sentiments de panique dominent leur quotidien. 

La première étape vers la guérison consiste à savoir ce qui déclenche la peur ou la crise de panique. Il est souvent utile de demander à votre enfant comment il/elle se sent et ce qui l’inquiète ou le/la stresse. Plus les enfants et les jeunes comprennent leurs émotions et peuvent les catégoriser, plus il est facile de contrôler les peurs qui surviennent. Effectuez avec votre enfant des exercices de perception et de respiration pour contrer les peurs et les crises de panique. Créez un endroit sûr pour votre enfant, où il/elle peut réfléchir et se détendre au calme.

Entre la tristesse et la dépression 

Toutes les enfants et les jeunes peuvent parfois se sentir abattu·e·s ou déprimé·e·s. Cela fait partie du développement. Mais ces émotions peuvent s’avérer préoccupantes si elles surviennent de manière intensive pendant une longue période, en particulier si elles perturbent la vie sociale, familiale et scolaire. Les dépressions font partie des maladies psychologiques les plus fréquentes et sont souvent associées aux états anxieux. Les déclencheurs peuvent être des abus, de la violence à l’école, la perte d’un·e proche ou des problèmes familiaux. 

«La tristesse permanente ou l’inquiétude domine leur quotidien, ils/elles se replient souvent dans la solitude, ce qui peut renforcer leur sentiment de dévalorisation et de désespoir

Les enfants et les jeunes souffrant de dépression montrent souvent des signes de perte d’énergie et des difficultés de concentration, mais aussi un changement d’appétit ou de sommeil. La tristesse permanente ou l’inquiétude domine leur quotidien, ils/elles se replient souvent dans la solitude, ce qui peut renforcer leur sentiment de dévalorisation et de désespoir. L'automutilation et les pensées suicidaires ne sont pas rares chez les enfants et les jeunes qui souffrent de dépression. 

Essayez de créer un environnement de sécurité et de soutien, dans quel votre enfant se sent protégé·e et compris·e. Parlez avec lui/elle, écoutez-le/la et ne jugez pas. En discutant, vous pouvez découvrir quels soucis préoccupent votre enfant et observer à quels changements il/elle réagit. Si votre enfant présente des signes de dépression, il est important de s’adresser à un spécialiste psychologique adapté qui s’occupe des problèmes de votre enfant. 

© UNICEF/UNI210287
© UNICEF/UNI210287

N’hésitez pas à demander de l’aide

Différentes formes de problèmes psychologiques se renforcent mutuellement. C’est pourquoi il peut s’avérer difficile pour les parents et les personnes de référence de trouver l’aide adaptée aux enfants et aux jeunes. N’hésitez pas à demander un soutien professionnel pour aider votre enfant. Si le stress et la peur perturbent la vie de votre enfant, il est important qu’il/elle reçoive de l’aide. Envisagez de vous adresser aux services de conseil qui peuvent vous recommander une aide psychologique et des thérapies possibles. Si votre enfant pense à s’automutiler ou s’il l’a déjà fait, adressez-vous à un·e professionnel·le médical·e. N’hésitez pas à prendre contact si vous êtes préoccupé·e. Les troubles et maladies psychologiques sont gérables. Plus tôt vous parler avec des experts et expertes, plus vous et votre enfant serez aidé·e·s rapidement.

Vous trouverez ici les services de consultation et d'autres informations sur la santé mentale.