Sudanesiches Mädchen

Crise humanitaire au Soudan

Votre aide atteint ses objectifs!

  • «École en boîte» pour 60 enfants déplacé·e·s pour Fr. 195.–
  • Cinq kits de premiers secours avec notamment des bandages, des pansements et des gants stériles pour Fr. 135.– 
  • 30 000 comprimés de désinfection pour 150 000 litres d’eau propre pour Fr. 75.– 
Montant du don:

Crise humanitaire au Soudan

Le conflit armé au Soudan plonge le pays dans un cauchemar humanitaire: 13,6 millions d’enfants sont pris sous le feu croisé des combats intenses et manquent de nourriture, d’eau potable, de protection et de fournitures médicales. Le besoin d’aide humanitaire n’a jamais été aussi élevé.

Le 15 avril 2023, de violents combats ont éclaté entre les Forces de soutien rapide (RSF) et les Forces armées soudanaises (Sudanese Armed Forces) dans la capitale Khartoum et se sont étendus à d’autres zones habitées du Darfour et du Sud et de l’Ouest du Kordofan. Au moins 9000 personnes auraient été tuées, dont 500 enfants (chiffres du 19 octobre). Des milliers de familles sont prises au piège dans leurs maisons sous les tirs croisés et n’ont que peu ou pas accès aux services de base essentiels. Environ 24,7 millions de personnes, soit la moitié de la population soudanaise, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

Les combats constituent une menace immédiate pour leur survie: près de 5,7 millions de personnes ont dû quitter leurs maisons à la recherche de protection. Même avant les violents incidents, des millions de personnes au Soudan étaient déplacées au sein même du pays et vivent depuis des années dans des camps de réfugié·e·s et des hébergements d’urgence. En raison du conflit armé, nous vivons actuellement au Soudan la plus grande crise de déplacements de populations au monde. Au total, 1,2 million de personnes ont déjà quitté le pays et cherchent refuge dans les pays voisins comme le Tchad, l'Égypte et le Soudan du Sud.

Catherine Russel

«Nous sommes préoccupés par les combats dévastateurs au Soudan et les effets qu’ils ont sur les enfants et les familles. La violence n’est pas une solution et doit cesser. L’UNICEF appelle toutes les parties à protéger immédiatement les filles et les garçons et à respecter les droits et le bien-être de tous les enfants.» 

Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF

Le conflit actuel ne fait qu’aggraver la situation déjà précaire pour les filles et les garçons. Le pays manque de nourriture, d’eau potable, de médicaments, de carburant et de protection pour les enfants touchés. Qui plus est, le Soudan a l’un des taux de malnutrition des enfants de moins de cinq ans les plus élevés au monde. Parmi eux, 690 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère et ont besoin de toute urgence d’une aide vitale. Or le travail des services de santé et d’alimentation dans les points chauds du conflit est fortement entravé par les violents incidents. Les ressources des communautés d’accueil au Soudan sont épuisées, le système de santé est surchargé et les épidémies, notamment de rougeole, se multiplient dans les hébergements d’urgence surpeuplés.

Le conflit et les déplacements ont de graves conséquences psychosociales sur les enfants, leur santé et leur avenir. Sans mesures d’aide drastiques, 19 millions d’enfants n’iront pas à l’école cette année et 4,3 millions de personnes ayant un besoin urgent de protection ne pourront pas être aidées.

Sudan Frauen und Kinder auf der Flucht
Le 19 avril 2023, des personnes quittent leurs quartiers au cœur des combats entre l’armée et les paramilitaires à Khartoum, au Soudan.
 De plus en plus de réfugié·e·s confrontés à la violence se rendent dans le village tchadien de Koufroun, à la frontière avec le Soudan. Les gens transportent leurs biens sur des ânes et des charrettes.
De plus en plus de réfugié·e·s confrontés à la violence se rendent dans le village tchadien de Koufroun, à la frontière avec le Soudan. Les gens transportent leurs biens sur des ânes et des charrettes.
 Tandis que le conflit au Soudan s'intensifie, un groupe de réfugié·e·s, composé principalement de femmes et d’enfants, se repose sous un arbre pour se protéger des températures élevées.
Groupe, composé principalement de femmes et d’enfants, sous un arbre pour se protéger des températures élevées pendant leur exode.
 Rodolphe Houlsonron, chargé WASH de l’UNICEF, se trouve à Koufroun à la frontière entre le Tchad et le Soudan. Il y aide les réfugié·e·s qui ont fui les conflits.
Rodolphe Houlsonron, chargé WASH de l’UNICEF, se trouve à Koufroun à la frontière entre le Tchad et le Soudan. Il y aide les réfugié·e·s qui ont fui les conflits.

Malgré la situation dangereuse dans tout le pays, l’UNICEF s’engage pour les enfants et leur famille au Soudan. En étroite collaboration avec des partenaires locaux, nous nous efforçons d’atteindre même les régions difficiles d’accès pour apporter une aide vitale. 

  • Notre priorité est la protection des enfants concerné·e·s.
  • Les enfants en fuite reçoivent un soutien psychosocial pour surmonter leurs traumatismes.
  • Des établissements de santé reçoivent des médicaments essentiels.
  • L'accès à l’eau et à la santé est assuré.
  • Des écoles d’urgence sont mises en place et le matériel scolaire nécessaire mis à la disposition des enfants.
  • Les jeunes enfants souffrant de malnutrition sont soigné·e·s avec des aliments thérapeutiques spéciaux.
     

Crise humanitaire au Soudan

Votre aide atteint ses objectifs!

  • «École en boîte» pour 60 enfants déplacé·e·s pour Fr. 195.–
  • Cinq kits de premiers secours avec notamment des bandages, des pansements et des gants stériles pour Fr. 135.– 
  • 30 000 comprimés de désinfection pour 150 000 litres d’eau propre pour Fr. 75.– 
Montant du don: